Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

(AFRIQUE DU SUD) Violences xénophobes contre les difficultés économiques

Posté par: Souleymane Thiam| Dimanche 26 avril, 2015 09:04  | Consulté 7500 fois  |  2 Réactions  |   



La notion de « nation arc-en-ciel » surnom donné à l’Afrique du Sud depuis la fin de l’Apartheid pour mettre en exergue sa composition multiraciale, ne semble pas se vérifier dans la communion avec les étrangers. Lesquels sont depuis quelques semaines victimes de violences xénophobes. Le paradoxe c’est que, les pays d’origine de ces populations ciblées ont presque tous été d’un apport important dans la lutte contre la discrimination raciale menée par le pouvoir Afrikaner. On serait tenté de dire une drôle façon des Sud Africains de remercier leurs frères du continent.

Comment une population qui a longtemps souffert du racisme peut être aujourd’hui auteurs d’actes pouvant être qualifiés comme tels ? Voilà une manière de résumer les violences contre des ressortissants africains enregistrées ces dernières semaines à Durban, entre autres grandes villes sud africaines. Du Zimbabwe, du Malawi, d’Afrique de l’ouest, ces populations ont vu leurs commerces mis à sec et des brimades perpétrées contre leur personne physique.

Les images ont fait le tour de la planète, rendant plus criantes les condamnations de la communauté internationale. Après que les autorités sud africaines, le président Jacob Zuma en tête, sont montées au créneau pour dénoncer cette situation. Le chef de l’Etat sud africain n’a pas manqué de préciser que « les gens qui ont quitté le pays seront les bienvenus quand les choses se calmeront car ils sont dans leur pays ».

L’Afrique du Sud qu’il décrit ou, c’est selon, veut laisser le monde croire est celle dont nous sommes nombreux à nous faire l’idée. C'est-à-dire un havre de paix pour tous les peuples, surtout pour les Noirs victimes principales des longues années de ségrégation. Mais aussi, un pays où un ressortissant africain n’aurait jamais eu des raisons de s’inquiéter. Et pour cause : presque tout Africain a en lui quelque chose d’Afrique du sud. Nous sommes des générations d’Africains à avoir grandi en ressassant la célèbre phrase « l’Apartheid est un crime contre l’humanité », du nom de la notion juridique internationale définie par la résolution 3068 XXVIII de l'assemblée générale des Nations Unies du 30 novembre 1973. Une expression inscrite de façon visible dans bon nombre de salles de classe dans les années 80 et 90. De même, il ne nous semblait meilleure figure pour parler de la méchanceté que Pieter Botha, Premier ministre puis Président d’Afrique du Sud de 1978 à 1989.

D’un autre côté, nous sanctifions tous Mandela. Sans compter que, beaucoup de nos pays, limitrophes ou lointains de l’Afrique du Sud, ont accueilli des leaders anti-apartheid ou mis à leur disposition des papiers pour faciliter leurs déplacements. Ou servi de cadre à de grands événements anti-apartheid comme ce concert durant les années 80 avec les Youssou Ndour et Peter Gabriel.

L’Afrique du Sud et les autres pays du continent, c’est donc une longue histoire. Entre leurs peuples respectifs itou. Comment se fait-il donc que les premiers puissent d’un coup être comme des loups pour les seconds. Une bonne partie de la réponse voire toute se trouve dans la situation socio-économique, très dure pour les jeunes sud-africains. Ils représentent plus de 50% de la population et sont frappés à près de 40% par le chômage. Pour eux donc la conclusion est simple et ils le disent : « les étrangers nous volent nos emplois ». Derrière cette assertion perle une réalité aux allures de véritable boulet dans l’Afrique du Sud post-Apartheid : le défi économique est encore à gagner. Et, le pouvoir amené par l’African National Congress (Anc) n’a pas réussi sa volonté de créer une classe moyenne pour une distribution plus ou moins équitable des richesses. Si ces dernières sont considérées insuffisantes ou en manque, les partager pose problème. Et entre prétendants, les animosités peuvent vite atteindre leur paroxysme. Si le cas de l’Afrique du sud émeut aujourd’hui, les mêmes réactions ont été notées dans d’autres pays du monde, auparavant.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonus Vidéos 

 



 L'auteur  Souleymane Thiam
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (2)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Maxime En Avril, 2015 (20:59 PM) 0 FansN°:1
moi je comprend pas nos fréres sud africains pourquoi se comportement et pourtant les africains ont compatis au moment de l\'apartaeid c\'est désolant cette situation qui n\'honnora jamais l\'afrique ce n\'est que catastrophe\n
Hmm En Avril, 2015 (08:56 AM) 0 FansN°:2
On se régale avec vos articles M. Thiam. Vous devriez en écrire plus souvent. Cela nous change des pseudo journalistes que nous avons l\'habitude de côtoyer dans ce site.\nBravo

Ajouter un commentaire

 
 
Souleymane Thiam
Blog crée le 07/12/2011 Visité 631126 fois 117 Articles 3269 Commentaires 18 Abonnés

Posts recents
(FOOTBALL) Il faut sauver le patriote El Hadj Diouf
(POLITIQUE, SOCIETE) Y En A Marre a secoué le cocotier
(RÉSEAUX SOCIAUX) Au rendez-vous des Door Kat
(POLITQUE) Macky : 5 ans après, le maître-mot est désillusion
(RELIGION, SOCITÉ) Une nouvelle ère s\'ouvre à Tivaouane
Commentaires recents
Les plus populaires
(AVEC BERCY) Waly Seck a pris des chemins qui vont le perdre
(LUTTE) Pluie de combats…Risque d’inondation de « mauvais argent » ?
(2e DEFAITE DE YEKINI, FIN DE CARRIERE…) On peut commencer à dire, « il a été un grand champion »...
(AMNISTIE OU GRÂCE) Karim ne perd rien, il gagne tout...
(SOCIAL) « Bonnes » même à tuer, nos sœurs dans le Golfe