Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

(POLITIQUE) La « nouvelle démocratie » sénégalaise

Posté par: Souleymane Thiam| Lundi 26 septembre, 2016 16:09  | Consulté 4393 fois  |  1 Réactions  |   

Le régime à la tête du Sénégal depuis 2012 ne compte pas se laisser tancer, attaquer ou harceler comme ce fut le cas avec Wade. Les pourfendeurs de la République peuvent être amenés à s'expliquer devant la Justice a affirmé, menacé diront certains, le Premier ministre lors d'un récent face à face avec la presse. La promptitude des partisans du parti présidentiel à s'en prendre à toute sortie d'opposant, la radiation de l'un d'eux de la Fonction Publique, entre autres, laissent l'impression d'une « nouvelle démocratie sénégalaise ». Aux atours peu glorieux, il faut le dire…

Vous ne critiquerez point ! Vous vous opposerez sans avoir le propos dur ! Ou avec des attaques dont vous pourrez apporter des preuves ! Ce qui précède n'est mentionné nulle part dans une charte sénégalaise. Cependant, chacune de ces phrases est suffisamment caricaturale des relations entre le pouvoir et l'opposition. Certaines figures de cette dernière ont même fi?ni de tirer la sonnette d'alarme sur une « dictature rampante ». Tout compte fait, ce régime a la frilosité à fleur de peau. Beaucoup de ses responsables se sont spécialisés dans les réactions contre l'opposition. Ils inondent de « contributions-contre attaques » les journaux, sites web et réseaux sociaux à chaque fois que le pouvoir et/ou son chef sont égratignés. On les croirait dans une course pour ne pas rater le train des défenseurs du pouvoir à défaut d'y prendre place les premiers. Pour ainsi se faire distinguer par le chef et capitaliser ça aux moments de redistribution des cartes. Un atout non négligeable pour la gestion d’un pouvoir certes. Cependant, ils perdent beaucoup en montrant leurs faiblesses à l'opposition, de laisser celle-ci mener la manœuvre et de renforcer certains dans le sentiment qu’on leur cache des choses.

« Kou adj moy bagne kou teune », disent les Wolofs. Littéralement : seul celui qui a caché des choses en haut est gêné qu’on lève la tête.

L'opposition est dans son bon droit, celui d'interpeller le régime, de l'enquiquiner qui plus est sur des questions d'ordre national comme les contrats pétroliers, la signature des Ape, etc. Et, ce ne sont pas des menaces, radiations voire emprisonnements qui pourront changer les choses. Au contraire, cela aidera les opposants, dont beaucoup de nouveaux arrivants, à se faire plus vite une aura que ne le leur aurait permis le fonctionnement normal de leur parti, ou d'autres formes d'engagement contre le régime.

Il sera difficile pour un régime au Sénégal, l'actuel et les prochains compris, d'endurer pire que celui de Wade. Les Sénégalais sont des démocrates matures. C'est le résultat d'un processus construit en plusieurs décennies et ils comptent le consolider. Pas d'y céder des pouces pour s'inscrire dans une « nouvelle démocratie ».

 L'auteur  Souleymane Thiam